24. août, 2020

« Où avez-vous mis mon Seigneur? »

J’avoue qu’il peut être déroutant de lire cette citation d’évangile du temps pascal en plein été, mais voici.

Récemment, tout en roulant en direction est sur le boulevard Henri-Bourrassa, je m’arrête au feu rouge à l’angle du boulevard Pie-IX. Cet arrêt étant assez long, je balade mon regard jusqu’à la roue de métal qui a été érigée, côté nord-est comme emblème de la ville de Montréal-Nord. J’essaie de considérer cette œuvre d’art qui a coûté plus d’un million de dollars et de lui trouver quelque beauté et attrait, mais en vain…

Je me rappelle alors que, depuis mon enfance, j’ai emprunté à plus d’une reprise le pont Pie-IX pour rentrer à Montréal. Et que pendant toutes ces années, à mon arrivée, j’étais accueillie par une croix ornée du Sacré-Cœur de Jésus. Cette croix de chemin représentait tellement pour moi! Au cours des travaux de réaménagement du Carrefour Henri-Bourassa/Pie-IX, elle a été enlevée.

« Où avez-vous mis mon Seigneur? » monta-t-il en moi, tout en regardant la roue de métal. Ce métal si froid et impersonnel…

***

On le voit, dans nos sociétés, dites modernes, les êtres humains sont assez créatifs lorsqu’il s’agit de remplacer Dieu, de lui trouver toutes sortes de substituts. Depuis des millénaires, nous assistons à la répétition sans fin du péché originel : vivre sa vie en voulant se passer de Dieu ou, pire, en voulant l’égaler!

Fort heureusement, ce n’est pas en enlevant une croix qu’on arrivera à faire oublier Dieu! On aura beau enlever tous les signes religieux possibles, la religion catholique ne s’éteindra jamais, car nous, les porteurs de Dieu, sommes là, bien vivants et agissants!

***

Je pense que quelqu’un a veillé sur cette croix de chemin, car, au nom du patrimoine historique, elle a été restaurée et relocalisée aux côtés d’une maison patrimoniale, juste en bas, sur le boulevard Gouin. Quelqu’un veille…

***

Un merci sincère à mon amie Lise Mathieu pour la photo de la croix, prise expressément pour illustrer mon texte!