18. janv., 2020

Vivre unifiés, en fidélité à qui nous sommes...

 

Aujourd’hui, débute la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

Je vous propose un texte que j’ai écrit à ce sujet et aussi une réflexion qui m’est montée ce matin en relisant ce texte.

 ***

Il me semble que c’est dans notre nature de rechercher l’unité… Et c’est exactement le projet de Dieu sur nous, c’est son grand désir. Quelle belle coïncidence!

L’unité en nous, l’unité entre nous, l’unité dans le couple, l’unité dans la famille, l’unité avec Lui, l’unité entre les chrétiens, et pourquoi pas, l’unité entre tous les peuples de la terre! Ne formons-nous pas, tous et toutes, un seul peuple pour un seul Dieu? Un seul corps? Le Corps du Christ! Unifié-e-s par un seul Esprit, dans la plénitude de Son Amour?

Vivre l’unité entre nous, mais tout en gardant chacun, chacune, son identité propre en fidélité à qui nous sommes au plus profond de nous-mêmes; demeurer l’être unique que nous sommes appelés à devenir et vivre l’unité avec les autres, c’est tout un défi! C’est en demandant à Dieu, tous les matins, de vivre ma journée unifiée à sa Sainte Trinité que je me sens mieux ajustée et équipée pour vivre cette unité à d’autres niveaux relationnels.

Les catholiques, les protestants, les anglicans et les orthodoxes : tous chrétiens, un même Christ! Exauçons le désir de Dieu et prions pour qu’advienne l’unité entre les Églises. Mission impossible, me diriez-vous? Rien n’est impossible à Dieu! (Luc 1, 37)

 ***

Vivre en fidélité à qui nous sommes (une petite montée de lait…)

Ce qui nous aide à vivre en fidélité à qui nous sommes au plus profond de nous-mêmes ne se retrouve pas nécessairement dans ce que la société dans laquelle nous vivons a à nous proposer.

Par exemple, tous ces postes de télévision, de radio, tout ce qui circule sur Internet et sur YouTube. Tout ce baratin superficiel qui déambule sans fin dans les médias afin de remplir du temps d’antenne et augmenter les cotes d’écoute. Sans compter toutes ces revues à potin que je vois à la caisse du supermarché où même des personnages de téléroman font la une comme s’il s’agissait de personnes réelles… C’est certain qu’il y a du bon dans chacun des médias, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, mais il y a aussi beaucoup d’ivraie…

Depuis quelque temps, je vis une recherche d’unité plus intense. Je rejette, dans ces médias, ce qui m’éloigne de Lui, de mon essence, ce qui m’abrutit, me fait tourner en rond, m’empêche de m’élever. Une demi-heure de télé c’est assez pour déprimer quiconque qui est en bonne santé… Il n’y a pas que la violence, les drames, tout cet imaginaire collectif déprimant, il y a aussi les jeux télévisés de toutes sortes, beaucoup en provenance de nos voisins du sud. Les animateurs on-t-il conscience de ce qu’ils ont l’air tout comme les personnes et les vedettes qui se prêtent à ces jeux? C’est sans compter les publicités… J’ai l’impression que rien n’a changé depuis les dernières décennies, cela a même empiré, car j’avais écrit une critique sur la publicité télévisée pour un travail de français, il y a plus 40 ans...

Les médias sont vraiment passés maitres dans l’art d’entretenir l’être humain dans l’infantilisme, voire dans la soumission et la peur. Notre société, soi-disant démocratique, semble insidieusement contrôlante. Et là, je ne parle pas de la politique…

Un exemple banal, me diriez-vous, les prévisions météorologiques. Depuis quand, nous, les Québécois, avons-nous peur des chutes de neige? De 10 cm de neige? On peut même installer une alerte sur notre cellulaire! Oui, Il y a un côté pratique afin d’éviter des déplacements en cas de mauvais temps, mais il me semble que quand l’hiver commence, nous devons nous attendre à vivre… l’hiver. Avec toutes ses frasques! On dirait que les Québécois ont perdu leur courage et leur débrouillardise, voire leur essence profonde!

 ***

L’unité vous interpelle? Je vous invite à faire du ménage dans vos habitudes et même dans vos relations, afin de ne pas perdre de vue qui vous êtes vraiment, de dignes fils et filles de Dieu!