27. nov., 2019

Rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous

Je partage avec vous un texte inspirant (souvent cité) et qui est affiché, comme un aide-mémoire, sur la porte de mon frigo.

Ce texte s’inscrit dans mon cheminement spirituel personnel, mais il nous concerne tous. Surtout au Québec, où la tradition sociale a longtemps été : nous sommes nés pour un petit pain; et où, maintenant, entre autres, la laïcisation contribue à faire oublier aux gens leur vraie nature, divine.

Notre vie est un appel à devenir. À devenir l’être unique, le don particulier que nous sommes pour notre monde; le projet de Dieu sur nous dans la construction de son Royaume. Et à le devenir en plénitude comme Jésus nous l'a démontré lors de la Transfiguration.

 

« Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur.

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : « Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux, merveilleux? »

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être?

Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre, vivre petit ne rend pas service au monde.

L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres.

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.

Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus : elle est en chacun de nous et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même. En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. »[1]

 



[1] Texte de Marianne Williamson, extrait de A Return to Love : Reflections on the Principles of A Course in Miracles", Harper Collins, 1992; cité par Nelson Mandela, en 1994, dans son discours d’investiture à la présidence de la République de l’Afrique du Sud.