15. juin, 2021

En juin, c’est la fête, car c’est l’anniversaire de mon premier engagement dans le Groupe des Adoratrices et Adorateurs Missionnaires de la Famille Reclusienne (AMFR). Cela fait déjà 11 ans, cette année, que je chemine dans ce groupe.

En février 2008, j’ai vécu un premier séjour au Monastère Notre-Dame-de-L’Annonciation des Sœurs Recluses Missionnaires pour un « 48 heures » de silence. Ma vie de famille était assez intense et je rêvais, depuis quelques années, de me retrouver dans cet endroit pour y goûter le silence, la paix et la proximité avec le Christ en permanente adoration dans la chapelle.

Ce séjour m’a été très bénéfique et j’y ai fait une rencontre importante, Jeanne Le Ber (1694-1714). Pendant une partie d’une nuit, j’ai dévoré un livre sur sa vie, j’ai pris plusieurs des notes, un monde nouveau s’ouvrait devant moi.

Ce séjour venait de changer ma vie. Quelque temps plus tôt, j’avais demandé au Seigneur de me donner une famille spirituelle et Il a répondu à ma demande en me faisant découvrir les Sœurs Recluses Missionnaires, Jeanne Le Ber et la Famille Reclusienne.

En revenant chez moi, c’est en faisant la lecture, sur Internet, de la Règle de Vie[1] du groupe des Associés (son nom à l’époque), que j’ai désiré devenir associée aux Recluses Missionnaires. J’avais enfin trouvé ma famille spirituelle!

Je suis officiellement devenue Adoratrice Missionnaire en 2010, après un deux ans de formation, mais je portais déjà cette identité au plus profond de moi par la prière, la contemplation, le goût du silence et le désir d’être en présence du Christ Jésus.

La spiritualité de ce groupe s’inspire des premières recluses, de Jeanne Le Ber ainsi que des Recluses Missionnaires de Montréal.

Dans notre spiritualité, nous avons deux fenêtres qui s’offrent à nous : une fenêtre qui s’ouvre sur Dieu et une fenêtre qui s’ouvre sur le monde. La fenêtre sur Dieu se vit par l’eucharistie et l’adoration eucharistique, la Lectio Divina, la vénération de Marie, le silence, la solitude et la rencontre personnelle avec Dieu. La fenêtre ouverte sur le monde est caractérisée par la prière d’intercession, l’hospitalité et le témoignage. La prière d’intercession nous fait accueillir, dans notre cœur, nos frères et sœurs en humanité. Elle permet de faire communauté dans l’invisible, de travailler à la venue et à l’entretien du Royaume d’Amour de Dieu, à continuer ce que Jésus est venu commencer sur la terre, il y a 2000 ans. Tout un chacun étant essentiel pour former le corps du Christ.

Voici notre prière de l’offrande de l’heure que nous disons à chaque moins dix de l’heure, en communion avec les Recluses Missionnaires : « Dieu Notre Père, tu nous appelles à participer à la Pâque de ton Fils en prenant avec Lui la voie du dépouillement et de l’offrande. Unis, dans l’Esprit-Saint, l’offrande de notre vie et de toute la Création à l’éternelle offrande du Christ Jésus. Que, sous le regard de Marie, notre union avec Jésus, entre nous et avec tous, atteigne sa plénitude dans le sacrement de son amour. Amen. »

Grâce à mon cheminement dans cette famille spirituelle, je deviens, d’année en année, de plus en plus qui je suis au plus profond de moi, un être de contemplation et de prière qui participe, en communion avec les AMFR et les Recluses Missionnaires, à la construction du Royaume d’amour de Dieu.

Je n’ai qu’à communier, par la pensée et le cœur, aux Sœurs Recluses Missionnaires en prière, assises dans leur chapelle devant le Saint-Sacrement, pour goûter à la paix et être moi-aussi en présence du Christ Jésus, mon adoré.

 

13. juin, 2021

Il y a quelques années, j’ai décidé que le 13 de chaque mois serait, pour moi, la Journée de la Sainte Trinité. Une journée consacrée à la Sainte Trinité, même si je prie tous les matins pour que ma journée se vive Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, amen. C’est grâce aux écrits de Sœur Lucie de Fatima que j’en ai décidé ainsi.

Sœur Lucie raconte dans le livre Comment je vois le message à travers le temps et les évènements[1] qu’elle était très intriguée à savoir pourquoi les apparitions de la Vierge Marie avaient toujours lieu le 13 du mois, sauf une exception. Elle en est venue à se demander le pourquoi de cette date. Sa réflexion l’a amenée à la conclusion que le nombre 13 est le nombre de la Trinité : « Un seul Dieu, trois Personnes distinctes, Père, Fils et Esprit Saint. »[2]

Lors de la 3e apparition de l’Ange à Fatima, ce dernier incite les enfants à « adorer Dieu dans le mystère de la Très Sainte Trinité. » Voici la prière qu’il a transmise :

« Très Sainte Trinité, Père, Fils et Esprit Saint, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus Christ, présents dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé. Et par les mérites infinis de son Très Saint Cœur et ceux du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pêcheurs. » Sœur Lucie raconte que cette prière fut pour elle d’un grand secours dans son union à Dieu.[3]

Sœur Lucie déclare que le mystère de la Très Sainte Trinité est ce qu’il y a de plus beau.[4] Elle écrit : « Notre-Dame est devenue le temple vivant de la Très Sainte Trinité : l’Esprit Saint qui est descendu sur elle, le Père qui l’a associée à son œuvre, et le Fils que le Très-Haut a engendré dans son sein virginal. Ce mystère de la Très Sainte Trinité est le fondement, le principe et la fin de toute notre prière, de tout notre être et de toute notre vie. De Dieu nous venons, à Dieu nous allons et en Dieu nous demeurons. »[5]

Et j’ajouterais que c’est par Marie, par son Cœur Immaculé, que tout cela peut advenir.

En cette date anniversaire de la 2e apparation de la Vierge Marie à Fatima en 1917, je nous souhaite un très beau 13 juin, en Communion d’Amour Trinitaire, tous et toutes blotti-e-s dans le Cœur Immaculé de Marie, Notre-Dame-du-Rosaire, avec tous ceux et celles que nous portons dans la prière.



[1] Sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, Comment je vois le message à travers le temps et les évènements, Éditions Carmel de Coimbra, Fatima, 2006.

[2] Idem, page 29.

[3] Idem, page 23.

[4] Idem, page 57.

[5] Idem, pages 39-40.

 

 

12. juin, 2021

 

Aujourd’hui, la liturgie célèbre le Cœur Immaculé de Marie, Cœur par lequel l’Amour s'est incarné sur terre. Marie, la Toute-Pure et la Comblée de Grâce, a su vivre en Dieu et en devenir ainsi le Temple.

Dans la continuité de la fête du Sacré-Cœur de Jésus, demandons à Marie, notre Mère, notre guide et notre soutien, de nous aider à ouvrir davantage notre cœur pour que l’Amour puisse y entrer et y circuler librement afin que Dieu y établisse son Règne. Un règne d’Amour, de Paix et de Joie. Ainsi, nos cœurs aussi deviendront des temples par lesquels ce règne pourra se déployer sur terre.

Nous sommes invités, comme Marie, à avoir foi en ce Dieu de l’impossible, à être à l’écoute, branchés de l’intérieur, humbles et obéissants, et à nous laisser combler, transformer et fortifier par la Sainte Présence de ce Dieu qui vient à nous par le Souffle de Vie.

Lucie de Fatima a reçu, en 1917, un message très important de la Vierge Marie : « À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera et il y aura la paix dans le monde. »

Pour que le triomphe du Cœur Immaculé de Marie advienne plus rapidement, soyons nombreux, nombreuses à nous consacrer au Cœur Immaculé de Marie et au Sacré-Cœur de Jésus. Ces deux Cœurs nous offrent les meilleures protections qui soient et les seuls lieux sûrs qui mènent à Dieu.

Demandons à Marie, dont le Cœur Immaculé est le Temple vivant de la Très Sainte Trinité, de nous aider à conserver notre cœur et notre vie dans la Communion d’Amour Trinitaire.

 

***

Prières au Sacré-Cœur de Jésus, dont la prière de consécration :

https://www.sacrecoeur-paray.org/prier/prier-le-coeur/

 

Prières de consécration au Cœur Immaculé de Marie :

https://www.etoilenotredame.org/page/consecration-au-coeur-immacule-de-marie-

https://www.fatima100.fr/2016-04-02-10-14-56/la-consecration-au-coeur-immacule-de-marie-3/84-acte-de-consecration-au-coeur-immacule-de-marie

 

 

 

11. juin, 2021

Dans la foulée des déconfinements qui ont lieu progressivement au Québec depuis quelques semaines, nous sommes convié-e-s, en cette fête du Sacré-Cœur de Jésus, à déconfiner nos cœurs pour qu’ils ne fassent plus qu’un avec Celui du Christ. 

Dimanche dernier, en la Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, j’avais écrit qu’il n’y a pas de plus grand amour que celui de Dieu Père qui nous a donné son Fils unique et celui du Fils qui s’est donné en sacrifice pour nous.

La seule réponse valable à tout cet Amour est de communier au Sacré-Cœur de Jésus, symbole par excellence de l’Amour divin, et de lui offrir notre cœur. Le don de Son Cœur ne se vit pas à sens unique, il requiert une réponse d’amour de notre part, et cette réponse nous fera entrer dans une communion d’Amour par une interrelation qui se déploiera jusqu’en éternité.

Alors, déconfinons notre cœur, brisons-en les vieux cadenas rouillés et ouvrons-en la porte pour que tout cet Amour entre à profusion et s’y diffuse. Pour que cet Amour apaise, guérisse, nourrisse et renouvelle tout notre être; et pour qu’Il nous mette en marche vers nos frères et sœurs en humanité!

 

 

5. juin, 2021

Oui, le mois de juin est le mois de l’Amour! Pas n’importe quel Amour. L’Amour à l’état pur : celui de Dieu Père qui s’exprime de différentes façons pour toucher nos cœurs de pierre.

Dimanche dernier, nous avons souligné la Très Sainte Trinité par laquelle le Souffle d’Amour de Dieu circule et nous fait vivre. (Lire le texte La Sainte Trinité à https://www.carnetspirituel.com/417151766/6919405/posting/la-sainte-trinit%C3%A9)

Demain, c’est la Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ. Il n’y a pas de plus grand amour que celui de Dieu Père qui nous a donné son Fils unique et celui du Fils qui se donne en sacrifice pour nous racheter, en nous laissant, en plus, le mémorial de l’Eucharistie par lequel Il reprend vie, Corps et Sang, et se donne à nous encore et encore pour nous faire vivre.

Puis vendredi prochain, dans la continuité de ce don d’Amour, nous en célébrerons le symbole par excellence : le Cœur Sacré de Jésus. Ce Cœur débordant de l’Amour divin, qui bat constamment pour nous, mais souffrant de notre indifférence.

Et le samedi suivant, c’est la fête du Cœur Immaculé de Marie, celle par qui l’Amour est advenu sur terre.

Tout cet Amour! Que demander de plus? Rien. En rendre grâce, l’accueillir et en vivre à jamais!