7. avr., 2021

Depuis Vendredi Saint, jour où nous faisons mémoire de la mort de Jésus sur la croix, jour du don total de l'Amour Miséricordieux de notre Dieu Trinitaire, nous prions la Neuvaine à la Divine Miséricorde, en vue de la préparation à la Fête de la Divine Miséricorde qui aura lieu ce dimanche 11 avril. 

C'est Jésus qui a transmis personnellement à Sainte Sœur Faustine Kowalska (1905-1938), l’apôtre de la Miséricorde qu'Il s'est choisi, les textes de la Neuvaine et du Chapelet à la Divine Miséricorde.

Donc, prier cette Neuvaine et ce Chapelet est une expérience profonde dans notre vie de chrétiens, chrétiennes, un moment d'intimité indescriptible avec Jésus.

De plus, l’image de la Divine Miséricorde et l’inscription « Jésus, j’ai confiance en Toi! » avaient été demandées par Jésus lui-même!

Il a fallu attendre quelques décennies avant que la dévotion à la Divine Miséricorde et sa Fête soient introduites officiellement. C’est grâce au saint Pape Jean-Paul II que la première Fête de la Miséricorde Divine a eu lieu le 30 avril 2000, jour où il a canonisé Sœur Faustine.

Cela a été possible à ce moment-là parce que Jean-Paul II était, lui aussi, un apôtre de la Divine Miséricorde. Il avait écrit en 1980 une lettre encyclique « Dives in Misericordia ».

On pourrait se demander : pourquoi tant d’années se sont écoulées depuis que Jésus avait parlé à Sœur Faustine avant que nous puissions bénéficier, à l’échelle mondiale, des enseignements et des prières qu’Il lui avait légués?

Probablement parce que c’est nous qui devions en bénéficier, nous qui sommes entrés, cahin-caha, dans ce troisième millénaire qui s'avère éprouvant à l'échelle planétaire; nous à qui Marie demande de prier, prier, prier pour nos frères et sœurs en humanité, pour la paix, pour les prêtres, pour l’Église, etc.; nous qui sommes témoins de tant d’atrocités et de violence de par le monde, ainsi que de la perte de conscience et de repères, le mal étant devenu le bien et le bien étant devenu le mal. Nous qui espérons le retour du Christ dans sa gloire pour rétablir son Royaume d’Amour sur cette planète souffrante.

C’est maintenant l’heure de la Miséricorde de Dieu, car il est venu le temps du triomphe de son Amour!

Plus nous prions sa Miséricorde, plus son Amour règne en nous et parmi nous.

Prier la Miséricorde de Dieu est un acte de confiance, d’abandon, en tant qu’enfants bien-aimés du Père, pour entrer dans le mouvement de sa Divine Volonté.

Je vous invite à prier ce Chapelet et à dire et à redire : « Jésus, j’ai confiance en Toi! » plusieurs fois par jour.

À la Fête de la Divine Miséricorde, il nous est offert d’expérimenter d’une façon particulière l’Amour inconditionnel de Dieu, sa Miséricorde, par le pardon de toutes nos fautes afin de continuer notre route, le cœur léger, libéré des fardeaux qui l’accablaient. Il nous est offert d’être renouvelés et de nous faire davantage proches de Dieu, notre Père, et de nos frères et sœurs en humanité.

Par sœur Faustine, Jésus nous demande d’être des apôtres de Miséricorde et, par le pape François, depuis le Jubilé de la Miséricorde en 2016, Il nous demande d’être des artisans actifs de Miséricorde.

Nous avons la certitude, et notre espérance s’y nourrit, que Dieu est Miséricorde.

Soyons donc ses témoins jusqu’aux extrémités de la terre.

« Jésus, j’ai confiance en Toi! »

***

LE CHAPELET À LA DIVINE MISÉRICORDE (Il est récité sur un chapelet ordinaire)

Prières du début :

  • Un « Notre Père »
  • Un « Je te salue Marie »
  • Un « Je crois en Dieu »

Sur les grains habituels du « Notre Père », on récite les paroles suivantes :
V. Père Éternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Âme et la Divinité de ton Fils bien-aimé Notre Seigneur Jésus-Christ;
R. En réparation de nos péchés et de ceux du monde entier.

Sur les grains du « Je te salue Marie », on récite les paroles suivantes :
V.
Par sa douloureuse Passion,
R. Sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

À la toute fin du Chapelet, pour conclure, on dit trois fois :
V.
Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel;
R. Prends pitié de nous et du monde entier.

 

 ***

Pour les textes de la Neuvaine : http://www.jesusmisericordieux.org/neuvaineMD.php

 

Pour la vie de sainte Sœur Faustine : http://faustine-message.com/sainte-faustine-biographie.htm

 

Pour les messages de Jésus à Sœur Faustine et autres textes : http://faustine-message.com/index.htm

 

Pour quelques films sur sainte Sœur Faustine :  http://www.unfeusurlaterre.org/qehelata/saints-et-mystiques/sainte-faustine

 

 

 

4. avr., 2021

Aujourd’hui, nous célébrons la Résurrection du Christ Jésus, la victoire de la Vie sur la mort et le mal. La libération de tous les captifs, le retour à la vue de tous les aveugles, la marche allégée de tous les boiteux. Le sauvetage extraordinaire de toute une humanité pécheresse! Rien ni personne ne pourra égaler ce don magnifique!

Oui, mais qu’en est-il aujourd’hui, plus de deux mille ans plus tard? Cette Passion, cette souffrance et cette Résurrection, à quoi ont-elles servi? L’humanité a la nuque tellement raide!

La bonté de Dieu est grande et son amour, pour nous, infini. Le désir de Dieu demeure éternellement le même, nous aimer : que nous nous laissions aimer par Lui, que nous goûtions à son amour pour faire un seul Corps avec Lui, celui de l’Amour. Son amour est si grand qu’Il nous laisse libres d’y consentir. Notre désir se doit d’émerger du plus profond de notre être et notre réponse être une réponse d’amour à une majestueuse déclaration d’amour qui nous amènera à vivre la plus merveilleuse des histoires d'amour!

Puisse cette fête de Pâques nous amener à rendre grâce de la Résurrection du Christ Jésus et de nos nombreuses résurrections, car chaque fois que nous avons choisi un chemin générateur de vie, chaque fois, nous avons vaincu la mort, le mal. Chaque fois, nous avons choisi la Vie, nous avons choisi la Lumière, nous avons choisi l’Amour, nous avons choisi Dieu!

 

 

1. avr., 2021

Il y a 20 ans, j’ai eu le privilège de réaliser un radio théâtre, lorsque je travaillais à Radio Ville-Marie 91,3 FM Montréal, à partir d’une pièce de théâtre, un drame psychologique en cinq actes, de monsieur Raphaël Pirro, « Entre jeudi et dimanche ».

L’action se passe de l’arrestation de Jésus jusqu’à sa résurrection. Nous vivons ces trois jours avec ses apôtres, ses disciples et ceux et celles qui le suivaient. Nous sommes témoins de leurs questionnements et de leurs réactions en regard des événements qui se bousculent : l’arrestation de Jésus, son procès, son exécution, sa mort, sa résurrection. Les amis de Jésus sont désorientés, ils ont peur, ils ne comprennent pas, ils doutent, bref, ils sont très humains. Tout s’écroule autour d’eux, car ils ont perdu leur repère, en la personne de Jésus. Leur regard posé sur la situation ne leur permet pas de comprendre et d’espérer (sauf la Vierge Marie qui demeure confiante).

Pâques est un passage, un passage de l’obscurité à la lumière; un passage de la mort à la vie. Oui, il y a la croix, mais il y a aussi, et surtout, la résurrection et il y a tous ces beaux cadeaux que sont l’Eucharistie, celui d’une Mère en la personne de Marie et celui de l’Esprit Saint qui viendra.

Dans notre vie, ils nous arrivent d’être un peu comme les proches de Jésus étaient à ce moment-là : nous vivons un Jeudi Saint, un Vendredi Saint, nous sommes désorientés, remplis de doute, désespérés. Il y a tant de bienfaits et de raisons d’espérer, mais nous ne les voyons pas, aveuglés que nous sommes. Puis vient le Samedi Saint où commence à poindre la lumière de l’espérance qui mène au matin de Pâques, à la résurrection.

Je souhaite, qu’en ce Triduum Pascal, vous receviez la grâce de vivre le passage, la libération dont vous avez besoin, pour revenir à la Vie et ainsi goûter à la liberté et à la joie des enfants bien-aimés de Dieu!

 

 

28. mars, 2021

Pour la majorité des gens, la semaine qui commence aujourd'hui est une semaine comme toutes les autres, le confinement, les mesures sanitaires, la lourdeur de la pandémie, quoi! Et dans ce climat qui perdure, on continue, tant bien que mal, notre travail, nos cours, les courses, le train-train quotidien...

Pourtant, cette semaine est une semaine extraordinaire! C’est l’aboutissement d’un temps de cheminement profond, qu’est le Carême, c’est la Semaine Sainte qui nous conduira à la Résurrection, à Pâques!

Après avoir acclamé Jésus par des Hosanna! et fait le récit de sa Passion à la messe d'aujourd'hui, lundi et mardi seront comme des jours de préparation aux Jours Saints rythmés par la mémoire liturgique des événements marquants des derniers moments de la vie de Jésus sur terre, la Cène, sa Passion et sa mort, pour se terminer par la très belle Veillée (Vigile) Pascale.

C’est vraiment une semaine pas comme les autres…

Profitez-en pour aller rencontrer Jésus dans le sacrement de la réconciliation afin de vous délester d’un poids qui vous empêcherait d'accueillir, à Pâques, la joie de la Résurrection!

Chaque diocèse nous offre, le mercredi soir ou le jeudi matin, une messe chrismale. Cette célébration nous permet de se retrouver en famille, en famille diocésaine. Tous les prêtres y sont présents et renouvellent leurs promesses sacerdotales. On procède à la consécration du saint chrême qui servira dans l’année pour divers sacrements comme le baptême, la confirmation, l’ordination, l’onction des malades. On y présente aussi le grand livre des catéchumènes. Ce livre contient les noms des personnes qui vivront le baptême à la Veillée Pascale. J’ai eu le bonheur de porter ce livre en procession et de le remettre à l’archevêque. C’est un bonheur indescriptible! Comme si, dans une joie profonde, je portais vraiment ces futurs baptisés et que je les remettais entre les mains du Christ…

Le Jeudi Saint, c’est la mémoire de la Cène du Seigneur. C’est au cours de ce dernier repas pris avec ses apôtres que Jésus nous a enseigné, en lavant les pieds de ses apôtres, que c’est l’amour qui doit régner en nous et entre nous et que c’est par cet amour qu’on nous reconnaitra comme étant ses disciples. C’est au cours de ce repas que Jésus nous a fait le magnifique cadeau de l’eucharistie. « Vous ferez ceci en mémoire de moi. » C’est par l’eucharistie, ce dernier sacrifice qui institue l’alliance nouvelle et éternelle, que le Christ nous fait don de sa Présence. Ce qui est merveilleux c’est que la puissance de cette Présence s’est manifestée tout doucement au cours des années, voire des siècles. La communion et l’adoration eucharistique n’ont pas toujours été ce que nous en expérimentons maintenant. Au temps des premiers chrétiens, la communion ne se recevait qu’une fois par année et c’est en laissant des hosties consacrées dans un petit coffre qu’on s’est rendu compte qu’il se passait quelque chose quand on priait tout près. Cette célébration se poursuit donc par une veillée d’adoration eucharistique qui nous permet de rester auprès de Jésus pour lui démontrer encore et encore tout l’amour que nous portons pour Lui en l’accompagnant.

Le Vendredi Saint est le point culminant de la Passion du Christ. On y fait mémoire de tout ce qu’Il a subi, l’arrestation, le procès, les insultes, les crachats, la flagellation, le Chemin de Croix, la crucifixion et la mort. C’est la journée sombre de la Semaine Sainte. La journée où tout s’écroule, tout bascule. Celle où l’Amour est bafoué, torturé, anéanti. La journée de l’incompréhension et du désespoir total. Fort heureusement, c’est la journée où Jésus, agonisant sur la croix, nous donne sa Mère. C’est la journée de l’institution de l’Église. La journée où la suite de la mission de Marie nous est révélée. Mission qui n’a pas de fin, car elle est constamment à veiller sur nous, ses enfants d’adoption, et à nous faire naitre dans le Christ.

Le Samedi Saint, à la Veillée (ou Vigile) Pascale, la Lumière revient et la vie éclate par toute la création qui se déploie. C’est le passage de la mort à la vie. C’est la victoire sur la mort. Le Christ ressuscite! Au cours de cette célébration, on procède à la bénédiction de l’eau, l’eau baptismale et l’eau bénite, puis au baptême des catéchumènes. Cette célébration est importante pour nous tous, les baptisés, car nous y renouvelons les promesses de notre baptême, nous redisons notre profession de foi baptismale. Nous renouvelons notre engagement à suivre le Christ!

Je nous souhaite une belle et profonde Semaine Sainte et une éclatante Montée Pascale!

 

 

20. févr., 2021

Hier, j’ai signé une pétition pour sauver Pâques…

Effectivement, restreindre la présence de seulement dix personnes dans un lieu de culte est à contester.

À la petite chapelle des Recluses Missionnaires où je vais, dix personnes c’est exactement le maximum de personnes qui peuvent être accueillies. C’est parfait pour ce lieu. Par contre, pour la Cathédrale, la Basilique ou toute autre église pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes, cette restriction s’avère vraiment discutable...

J’aime signer des pétitions. J’en ressens une satisfaction, un sentiment de pouvoir apporter ma petite contribution à une cause à défendre que ce soit pour les personnes injustement emprisonnées, l’environnement, les abeilles et toute autre espèce menacée…

Les chrétiens semblent justement une espèce menacée! Et ce n’est pas d’aujourd’hui. Depuis le tout début du Christianisme, à commencer par le Christ, Lui, le « premier chrétien » qui a été tué pour avoir annoncé un monde d’amour, de paix, je compassion, de pardon, de miséricorde, un monde de douceur et d’humilité, un monde de partage et de bienveillance…

Même si nous nous sentons menacés par la pandémie qui nous prive, nous, les chrétiens de nos lieux de culte, nous savons bien que cette pandémie ne viendra pas à bout de nous, qu’elle ne pourra éteindre notre espèce, car notre foi est avant tout une relation intime au plus profond de nous-mêmes avec la Sainte Trinité Toute-Puissante, sans compter la Vierge Marie et tous les saints et saintes depuis plus de 2000 ans!

De plus, depuis la pandémie, notre foi n’a jamais été aussi active et nourrie. Nous pouvons assister à la messe tous les jours et à l’heure qui nous convient, prier tous les offices au cours de la journée, des chapelets, des soirées de prières, vivre l’adoration eucharistique à volonté, écouter des entrevues, des films de la vie des saint-e-s, etc. YouTube est un bar ouvert pour nos âmes!

Oui, c’est vrai, nous ne pouvons pas communier souvent… Quand on pense aux premiers chrétiens qui communiaient une fois par année, on se console. Lorsqu’une chose devient rare, elle devient très précieuse. Alors, maintenant, quand nous avons le bonheur de communier à l’occasion, nous vivons vraiment à fond ce sacrement. C’est peut-être pour nous faire prendre conscience de toutes les fois où nous avons communié par habitude sans l’expérimenter comme il se doit de l’être… D’ailleurs, nos prêtres n’ont jamais été aussi précieux eux aussi, sans compter toutes les communautés religieuses et les chrétiens et chrétiennes engagé-e-s.

De plus, grâce à la pandémie, nous n’avons jamais autant expérimenté la communion des saints entre nous tous, croyants, nous n’avons jamais autant prié les uns, les unes pour les autres dans un amour fraternel, agapè! Nous n’avons jamais été si humains et conscients des vraies valeurs.

Avant d’être une structure et des bâtiments, l’Église de Dieu est, avant tout, un nombre innombrable de personnes qui ont marché, qui marchent et qui marcheront sur les pas du Ressuscité, hier, aujourd’hui et demain, toutes en communion les unes avec les autres, car le temps n’a pas d’importance, nous habitons toutes le cœur de Dieu dans son éternel présent.

Tenez bon, nous dit Jésus, prenez courage, car j’ai vaincu ce monde. (inspiré de Jean 16, 33)

Vous voulez sauver Pâques? Oui, signer la pétition (il y en a peut-être une dans votre pays), mais sauver Pâques, ça commence à l’intérieur de soi, dans notre intimité avec notre Dieu Trinitaire, puis dans le prolongement de cette relation d’amour dans nos relations avec nos frères et soeurs en humanité.

Bon Carême!

 

***

 

La pétition pour le Québec : https://secure.avaaz.org/community_petitions/fr/gouvernement_du_quebec_chretiens_sauvons_paques__1/

 

Pour lire les textes des années précédentes sur le Carême :   https://www.carnetspirituel.com/417151766/6878301/posting/un-car%C3%AAme-tout-en-pri%C3%A8re

 

Des liens Internet pour approfondir, au quotidien, ce temps béni du Carême : 

Retraite dans la ville : https://www.retraitedanslaville.org

Prie en Chemin : https://prieenchemin.org

Message-Lumière de la Famille Myriam Beth'léhem : www.messagelumiere.org

Le chapelet quotidien prié à la Grotte de Lourdes http://www.ktotv.com/emissions/priere-et-vie-de-l-eglise/priere/chapelet-a-lourdes

La messe quotidienne à Lourdes : https://www.ktotv.com/search?advanced_search%5Bterm%5D=messe

Hozana : https://hozana.org/

 ***

Si vous avez d’autres liens de ressourcement pour le Carême, écrivez-les en commentaires et je les publierai. Merci!