8. avr., 2019

Nous procédons bien à un grand nettoyage de printemps de notre maison, de notre appartement, quand arrivent les beaux jours, pourquoi ne pas procéder à un nettoyage intérieur?

Le Carême se termine sous peu et je vous invite à vivre ce nettoyage par le sacrement de la réconciliation d’ici Pâques. Pourquoi? Parce que ce sacrement permet de rencontrer le Christ en la personne du prêtre et d’être libéré de tout ce qui nous pèse sur le cœur, tout ce qui nous empêche d’aimer librement. C’est avant tout une rencontre, un dialogue.

Dans Luc 4, 18, Jésus nous dit : « L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés. »

Nos pauvretés, nos cœurs brisés, nos captivités, nos aveuglements et nos oppressions ont besoin du sacrement du pardon pour être guéris, purifiés. Nous sommes des êtres fragiles, blessés, en devenir. Le pardon est un don de Dieu pour recouvrer notre santé spirituelle et humaine; un plus pour continuer notre marche, en s’allégeant de nos fardeaux.

Le pardon reçu est source de joie et de guérison intérieure. Lorsque Jésus guérissait quelqu’un, avant tout chose, Il lui pardonnait ses péchés; l’un ne va pas sans l’autre : pardon et guérison.

Qu’est-ce qu’un péché? C’est un manquement que nous avons expérimenté envers nous-mêmes, envers Dieu et envers les autres qui vient empêcher l’amour de circuler librement. C’est un mauvais choix que nous avons fait, un choix qui ne servait pas le meilleur bien, qui ne servait pas la Vie. D’une façon ou d’une autre, c’est une offense à Dieu parce que comme Dieu est uniquement amour, c’est l’Amour que nous avons blessé.

En nous repentant et en demandant pardon, nous nous réconcilions avec Lui, l’Amour, mais aussi avec nous-mêmes, les autres et la création. Les répercussions en sont infinies. Nous recevons l’absolution de Dieu directement par le prêtre.

Récemment, j’ai lu un texte qui pourrait vous guider pour vivre ce sacrement, cette rencontre. Dans ce texte, paru sur le site croire.la-croix.com, le Cardinal Carlo Maria Martini nous explique comment vivre le sacrement de la réconciliation.

Ce dernier suggère trois étapes pour un dialogue confessionnel des plus libérateurs. Dans un premier temps, rendre grâce à Dieu, « le remercier pour tout ce qu’il y a de bon dans ma vie. » Dans un 2e temps, « lui confier ce qui me met mal à l’aise », ce qui me pèse sur le cœur. Dans un 3e temps, « lui adresser une prière ». Vous pouvez lire ce texte en écrivant dans votre navigateur de recherche : Cardinal Carlo Maria Martini la réconciliation.

Je vous souhaite un bon nettoyage de printemps!

 

 

29. mars, 2019

Je me sens comme un arbuste en plein hiver. En apparence mort, sec, sans vie, mais heureusement en dormance. C’est ce que je me disais en observant un arbuste tout en mangeant en silence dans le réfectoire des hôtes du monastère où j’ai fait un séjour récemment.

Les circonstances ont fait que mon corps était en état de fatigue. Il n’y a rien de mieux que de vivre des temps de silence, d’adoration et de prières pour régénérer notre être à tous les niveaux ainsi que des temps de lecture de la Parole.

La sève va monter. La vie va revenir.

Vivement le printemps!

***

À la messe du dimanche, le prêtre d’origine Irlandaise a souligné, dans son homélie, la vie de saint Patrick dont c’était la fête cette journée-là.

Lorsqu’il devient monseigneur, on envoie Patrick sur l’île où il avait été esclave pendant six ans, des années plutôt, avant de devenir prêtre. L’Irlande.

Par trois fois, il écrit au Pape lui demandant de quitter cet endroit où les gens sont illettrés, barbares, souvent en guerre, etc.

Deux fois, le Pape lui répond en lui demandant : « Patrick aimes-vous ces gens? »

La 3e fois, le Pape lui écrit : « Dieu est amour. »

Saint Patrick se met donc à aimer vraiment ces gens. Il n’avait aucun moyen de les évangéliser et de les éduquer. C’est par un simple trèfle à trois feuilles qu’il leur a expliqué la Sainte Trinité.

Voici une très belle et inspirante bénédiction de Saint-Patrick que le prêtre a proclamée à la fin de la messe.

Je vous l’offre.

« Puisse la route s'élever pour vous rencontrer.                                                                         Puisse le vent être toujours dans votre dos.                                                                               Puisse le soleil caresser votre charmant visage.                                                                         Puisse la pluie tomber doucement sur vos jardins et vos champs.                                       Puisse Dieu vous tenir dans la paume de sa main.                                  

Puisse le soleil faire briller vos jours.                                                                                        Puisse les étoiles illuminer vos nuits.                                                                                         Puisse les fleurs fleurir tout au long de votre chemin.                                                       Puisse votre maison rester solide lors des tempêtes.                                                                  Puisse Dieu vous tenir dans la paume de sa main. »                                                                  

 ***

« Dieu est amour » a fait son bout de chemin en moi.

Le lendemain, à la messe, je me suis rendu compte que je n’étais pas bien, comme en partie éteinte, parce que je n’étais plus tout à fait dans l’amour. Je ne suis qu’amour, alors n’étant plus dans l’amour, j’étais en train de mourir, de m’éteindre...

Je suis amour. Donc, je n’ai qu’à être ce que je suis, à être amour pour revivre.

Finit le ressentiment, l’apitoiement, vivement le pardon!

Finit aussi le jugement!

Un texte d’un Père du désert a résonné en moi. Seul Dieu peut juger. C’est lui faire une grave offense si l’on juge et condamne. Je suis désolée de t’avoir offensé, Seigneur!

Ne plus juger. Ne plus condamner.

Pardonner.

La vie revient.

Par contre, respecter qui je suis, la terre sacrée que je suis.

« Je suis une terre sacrée : je vais honorer la gloire de Dieu en moi. »  

Cette phrase est montée en moi la veille de mon départ pour mon séjour au monastère.

Dieu a vraiment de la suite dans les idées. Il prépare le chemin. Il nous conduit sur des prés d’herbe fraîche. Il nous fait reposer à l’ombre de son bras. (Psaume 23)

Cette phrase m’amène à respecter davantage mes limites, mes besoins, mes goûts, mon rythme. À chercher à vivre dans la paix, la douceur, l’amour, la joie. À passer plus de temps en communion avec Lui, par la prière, l’adoration, la messe, le silence. À être à l’écoute. À me laisser guider, à m’abandonner à Lui.

Confiance, tout est grâce!

 

 

11. mars, 2019

La Famille Myriam Beth'léhem a répondu à l'invitation du Christ : « Jusqu'au me suivras-tu? » en nous préparant un parcours pour le Carême.

Vous pouvez y accéder à http://www.messagelumiere.org/mercredi.htm#ML en cliquant sur Parcours de Carême au bas de la page.

Bon cheminement!

 

10. mars, 2019

Aujourd’hui, 10 mars, commence le temps de la Neuvaine à saint Joseph. Il y a quelques années, j’ai trouvé, dans le feuillet paroissial, une belle prière à saint Joseph dont l’auteur est inconnu. Cette prière semble inspirée du Je vous salue Marie. Depuis l’année passée, j’aime la dire tous les jours. De plus, je confie à saint Joseph toutes les mères célibataires et monoparentales dans le monde et leurs enfants, et en particulier quelques-unes que je connais. J’ai donc fait de saint Joseph le saint patron de toutes ces mamans et leurs enfants. Je lui demande d’en prendre soin comme il a pris soin de Marie et de l’Enfant Jésus, de veiller sur elles, leurs enfants; je lui demande de les guider, de les soutenir et d’envoyer sur leur chemin des personnes significatives.

 

 

Prière à saint Joseph

Je te salue Joseph, toi que la grâce divine a comblé;
le Sauveur a reposé dans tes bras et grandi sous tes yeux;
tu es béni entre tous les hommes et Jésus, 
l’Enfant divin de ta virginale épouse est béni,
Saint Joseph, donné pour père au Fils de Dieu,
prie pour nous dans nos soucis de famille,
de santé et de travail, jusqu’à nos derniers jours,
et daigne nous secourir à l’heure de notre mort. Amen.

Lors de ma dernière grossesse, il y a 19 ans, j’ai demandé à saint Joseph de veiller à ce que tout se passe bien pour le bébé et pour moi, car j’avais près de 40 ans (et j’avais refusé de passer l'amniocentèse) et que je devais être au repos pendant six mois à cause d’un utérus qui contractait facilement. J’avais confiance en saint Joseph. Effectivement, tout s’est bien passé et le bébé allait très bien aussi.

À Montréal, nous avons le privilège d’avoir, sur les flancs du Mont-Royal, le plus grand sanctuaire du monde dédié à saint Joseph, l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal. Pour une petite visite : https://www.saint-joseph.org/fr.

Les premières fois que j’ai été dans cet endroit, je devais avoir 11-12 ans. Je me souviens d’avoir été très impressionnée par les statues de cire du frère André, fondateur de l’Oratoire. J’avais l’impression qu’il était vivant, tellement les statues étaient réalistes. Saint frère André était un thaumaturge et il affirmait qu’il ne faisait, par lui-même, aucune guérison, que c’était l’œuvre de saint Joseph.

Presqu’à tous les ans, c’est un pèlerinage incontournable que d’aller me recueillir sur le tombeau de saint frère André. À l’une de mes visites, en prière à son tombeau, je lui demandais comment il faisait pour écouter et transmettre à saint Joseph tout ce que les pèlerins lui disaient en même temps sur le site du sanctuaire. De me répondre : « Je suis un canal. »

N’hésitez pas à lui demander une faveur, connectez-vous à saint Frère André, car il est un canal qui permet à nos prières de monter rapidement vers saint Joseph, vers Dieu.

Et nous-mêmes, ne sommes-nous pas invités à devenir des canaux, des canaux connectés à Dieu?     

Bonne neuvaine!  

(Prière et thème de la Neuvaine à Saint-Joseph de l'Oratoire Saint-Joseph https://www.saint-joseph.org/fr/evenement/la-neuvaine-saint-joseph-2019)

 

 

5. mars, 2019

Demain, commence le Carême, ce très beau temps qui nous est donné pour nous réajuster à Dieu afin revivre, avec le Ressuscité, au matin de Pâques.

Seigneur,

Fortifie-nous dans notre foi.

Donne-nous la force et la détermination nécessaires pour vaincre les « tentations » que nous rencontrerons durant ces 40 jours.

Fais que nous nous nourrissions de Ta Parole Sainte et victorieuse comme Tu l’as expérimenté Toi-même au désert.

Fais que chacun, chacune, puisse goûter à la joie et à la paix que procure une relation filiale avec Toi, relation Père-fils, Père-fille.

Fais que tous ceux et celles qui ont perdu de vue Ton Fils Jésus, puisse le retrouver même au milieu de leur désert intérieur.

Seigneur, Tu es un Père aimant ne désirant qu’une seule chose, nous aimer.

***

Textes des années précédentes sur le Carême :

http://www.carnetspirituel.com/417151766/5533811/posting/se-laisser-aimer-et-transformer

http://www.carnetspirituel.com/417151766/4505223/posting/carême-dites-vous

 ***

Pour alimenter votre Carême :

Retraite dans la ville : https://www.retraitedanslaville.org

Le Carême en Paraboles avec Hozana : https://hozana.org/communaute/8042-le-careme-en-paraboles-par-le-p-rene-luc?utm_source=user&utm_medium=email_Hozana&utm_campaign=confirm