19. nov., 2018

S’ouvrir à la grâce

Je me souviens, lors d’un séjour, en hiver, à l’hôtellerie du Monastère des Recluses Missionnaires, situé aux abords du Parc Nature de la Pointe-aux-Prairies à Montréal, que la fenêtre de ma chambre faisait face à l’orée du boisé. J’avais donc devant moi, à quelques mètres, de grands conifères, sapins et épinettes, de couleur vert foncé.

Par un matin ouateux, une douce neige blanche se mis à tomber. Ce n’était pas une neige dense. Les flocons étaient épars et tombaient lentement, comme en suspension dans l’air.

J’ai eu alors la vive impression que c’était la grâce de Dieu qui tombait sur terre.

Oui, la grâce de Dieu tombe constamment sur nous, tout en douceur, à peine perceptible, en silence et dans la paix.

Sommes-nous réceptifs? Notre cœur est-il ouvert à la recevoir?

***

Depuis sept ans que je roule en auto devant une prison pour me rendre à mon travail, je prie pour les prisonniers et prisonnières du monde entier. Je prie pour qu’ils reçoivent la grâce de vivre dans la liberté intérieure des enfants bien-aimés de Dieu. Je prie Marie, Mère de Miséricorde, et Jésus, Miséricorde Divine, d’envoyer leurs grâces et bénédictions dans leur cœur, leur âme, leur corps et leur esprit.

Mais voici qu’un jour, quelqu’un me dit que cela ne sert à rien de prier pour eux, car ils ont fermé les portes de leur cœur, que beaucoup d’entre eux sont irrécupérables. Cela m’a à la fois attristée et mise en colère, mais pas découragée! J’ai ajusté mes prières et je n’arrêterai jamais de prier pour eux.

Nous sommes tous et toutes appelés à recevoir la grâce de Dieu!

***

Récemment, j’ai lu que, selon Mère Teresa, la grâce de Dieu n’est pas en nous tant que nous n’avons pas pardonné ainsi que vidé notre cœur de toute amertume[1].

Le Christ, tel qu’on le voit agir tout au cours de sa vie, s’avère notre modèle pour comprendre le pardon et en expérimenter la puissance.

Le pardon guérit et libère[2], et il nous permet, aussi et surtout, de nous ouvrir davantage à Dieu, de laisser entrer l’Amour, la Vie, la Paix et la Joie. De laisser Dieu agir dans notre vie. De vivre avec Lui une relation filiale et d’entretenir avec Lui un dialogue basé sur l’accueil inconditionnel, la confiance et l’émerveillement.

La vie c’est difficile, mais avec Jésus, c’est merveilleux! (Père Pierre Francoeur, c.s.v.)

Je souhaite, à tous et toutes, grâces et bénédictions en abondance!