15. sept., 2018

Renouer avec le sacré

 La semaine dernière, j’ai fait un rêve dans lequel on me tendait un iPad pour communiquer avec des personnes de toutes les nationalités, assises autour d’une table et qui attendaient que je les instruise. Je me suis mise à leur enseigner, tout en marchant parmi une foule nombreuse, en leur parlant du sacré, de leur essence profonde. J’ai tellement parlé, et avec facilité! J’aurais bien aimé me rappeler tout ce dont je leur ai dit, mais, après ce rêve, je me suis rendormie et, à mon lever, mes souvenirs étaient vagues. Ce dont je me souvenais c’est que je les invitais, chacun, chacune, à renouer avec le sacré qui est au plus profond de notre être.

Le Seigneur a su répondre à mon désir de partager avec vous les propos tenus dans ce rêve, car mes rencontres, discussions et lectures des jours suivants m’ont un peu éclairée, je pense… Et l’inspiration vient aussi en écrivant!  

Ce qui est sacré, en nous, ce qu’il y a de plus précieux, c’est notre essence divine, car nous sommes tous et toutes les fils et filles bien-aimé-e-s du Père. (Oui, je me répète, je l’ai souvent écrit…) C’est là notre vraie nature. Là réside notre dignité. Nous sommes invités à renouer avec le sacré parce que c’est là notre vraie essence, parce qu’à la base, nous venons de Dieu.

« D’où venons-nous? Où allons-nous? « …il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et vers qui nous allons, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui viennent toutes choses et par qui nous allons. » (1 Corinthiens 8, 6) Dieu, qui détient la vérité, nous met sur une piste qui nous éclaire et nous fait dire : « Je viens de Dieu et je vais vers Dieu. »  Nous sommes les corps de Dieu dans le monde, le prolongement de l’Incarnation du Christ. Nous poursuivons l’œuvre d’amour et de création de Dieu.

De fait, la vie, toute vie, est sacrée et mérite accueil et respect. Chaque personne que nous rencontrons est porteuse, au même titre que nous, de Dieu. De même que toute créature animale ou végétale ou tout élément de vie, si infime soit-il, l’est aussi.

Nous faisons partie de la Création de Dieu, une création très complexe qui dépasse notre entendement et notre perception matérielle des choses. » (Extrait de Célébrer la Vie! Texte que j’ai écrit en mai 2000. Pour le texte entier : http://www.carnetspirituel.com/417059928)

Par notre baptême, nous sommes tous et toutes devenu-e-s Prêtres, Prophètes et Rois. Ce n’est pas rien! Notre nature humaine est alors entrée en contact, en relation, avec une toute autre dimension, invisible, mais palpable, celle de la réalité céleste. Le baptême nous ouvre sur notre vocation baptismale. Quelle responsabilité!

Renouveler notre baptême, revivre la catéchèse de notre baptême, nous permet d’actualiser notre baptême. Tous les matins, en me signant, je renouvelle mon baptême : « Dieu, notre Père, c’est avec joie que je renouvelle mon baptême, au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen. »

Il est bon de se demander : « Qui suis-je appelé-e à devenir? Quel don de Dieu suis-je pour le monde? Quel visage du Christ suis-je appelé-e à dévoiler au monde? »

Je m’émerveille de voir que tous ceux et celles qui entrent en relation avec le Christ voient leur vie positivement bouleversée. Et ce, depuis plus de 2000 ans! En effet, grâce à Jésus, nous, qui étions aveugles, nous voyons, nous, qui étions sourds, nous entendons, nous, qui étions boiteux, nous marchons et nous, qui étions morts, nous sommes ressuscités! (Matthieu 11, 5) 

Nos pensées, nos paroles et nos actions sont appelées à se mouvoir au rythme du sacré, au rythme de cette dignité. Avec la technologie d’aujourd’hui, c’est facile de synchroniser tous nos appareils électroniques. Pourquoi ne pas synchroniser nos pensées, nos paroles et nos actions à celles de Dieu? Dieu n’a-t-il pas dit par Isaïe (55,8) : « Mes pensées ne sont pas vos pensées. » Peu importe où nous serons, peu importe ce que nous vivrons, nous serons ajusté-e-s à Lui, nous serons en Sa Présence.

De plus, comme l’écrit la Petite Thérèse de l’enfant-Jésus, le Seigneur ne fait pas de distinction entre les petites choses, et celles qui, aux yeux des hommes, apparaissent comme grandes. Tout est dans la qualité de l’amour qui accompagne nos actes. (https://www.carmel.asso.fr/Le-chemin-des-petites-choses.html)

Cette dignité, ce sacré, nous amène à faire des choix, à veiller sur notre cœur. (http://www.carnetspirituel.com/417151766/6075720/posting/veiller-sur-son-coeur)

Cela nous amène aussi à accompagner l’autre, à être avec, à le guider, à l’amener tout doucement à retrouver sa dignité, sa vraie nature, sans que « son péché ne devienne notre péché. »

Ainsi, nous pourrons former un seul Corps et vivre dans la communion en Dieu!

Le dessein du Père sur nous sera achevé et nous pourrons vivre avec Lui pour l’éternité!