9. juil., 2018

Dieu prend-il des vacances?

Nous lisons dans le livre de la Genèse que Dieu se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. (Genèse 2, 2) Quand on lit reposer, il me semble qu’il faudrait peut-être lire aussi contempler

Dieu nous invite donc, pendant nos vacances d’été, à être aussi, pas seulement à faire. À goûter comme la vie est bonne! Oui, il est important de faire des bilans, de prendre du recul, de faire des voyages, de rencontrer des gens, de visiter de nouveaux endroits, de faire le plein d’énergie, le plein de vitamines, pour nous aider à passer l’hiver (au Québec, du moins…). Quand est-il de vraiment se reposer? De rentrer en soi, en Dieu? De prendre le temps d’être? D’expérimenter le farniente? (Je me souviens que le moine Anselm Grün en parle dans un de ses livres.)

Il s’avère donc tout aussi important de ne rien faire que de s’occuper, que d’avoir des activités et des loisirs. Je pense que l’art de vivre réside dans un sain équilibre en être et faire. Et il est grandement possible d’être tout en faisant !

Au fond, je pense que Dieu, le 7e jour, n’a pas pris de vacances, et qu’Il ne prend pas de vacances du tout! Il est toujours en mode Amour. Il est toujours en quête de personnes à aimer, à chérir, à pardonner, à combler de grâces.

Sur notre route des vacances, peu importe ce que nous ferons et où nous irons, prenons le temps d’être, de contempler, de rendre grâce. Ouvrons l’œil aussi, le bon, car il n’y a pas que des beaux paysages, des mets succulents, des sites merveilleux, il y a aussi des personnes qui ont besoin, par l’entremise d’une écoute, d’un regard, d’un sourire, d’entendre tu as du prix, je t’aime

Bonnes vacances!