3. janv., 2018

Le Saint Nom de Jésus

Le temps des fêtes qui s’étend de Noël au Baptême du Seigneur est ponctué par plusieurs fêtes et solennités. C’est vraiment un temps de grandes réjouissances! La naissance de l’Enfant-Jésus, l’Octave de la Nativité du Seigneur, la Sainte Famille, Sainte Marie, Mère de Dieu, l’Épiphanie. Dans notre famille, s’ajoutent à cela l’anniversaire de notre plus vieille, l’anniversaire de notre voisine et l’anniversaire, à mon mari et moi, du début de notre fréquentation (35 ans cette année!). C’est vraiment un temps de célébrations.

Célébrer! Célébrer la vie qui engendre la vie!

Aujourd’hui, nous célébrons la fête du Saint Nom de Jésus. Cette fête et celle de l’Épiphanie sont, pour moi, très liées. Peu importe notre condition humaine, notre rang social, nous sommes invités à reconnaitre que le Nom de Jésus est le nom qui est au-dessus de tous les noms et à nous agenouiller devant le Roi des rois, en Lui offrant la merveille que nous sommes à ses yeux, le trésor que nous portons au plus profond de nous-mêmes. Et cela, en toute humilité.

Ce n’est pas évident et facile à vivre dans une société où nous entretenons la culture du narcissisme en même temps que celle des idoles de tout acabit. (J’appelle cela un détournement d’attention…) Une société qui fait en sorte que les gens sont tellement occupés et préoccupés qu’ils oublient leur essence profonde, celle d’être des fils et des filles bien-aimé-e-s du Père et, par le fait même, désirer, par amour, entrer dans le grand mouvement de Sa volonté.

Pourtant nous sommes tous invités à travailler au Royaume d’Amour de Dieu, tout en vivant à la fois bien incarnés dans notre vie quotidienne, avec ce que nous sommes et là où nous sommes, en communion avec nos frères et sœurs en humanité, et à la fois en œuvrant dans l’invisible, surtout par la prière, là aussi où de vrais enjeux se jouent.  

« Au nom de Jésus, que tout être vivant tombe à genoux, aux cieux, sur terre et dans l’abîme, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père. »[1] 

Je vous invite à prier le Nom de Jésus en le chantant sur l’air d’Amazing Grace ou en fredonnant : « Jésus, Jésus, je t’aime. Alléluia, alléluia, alléluia. » 
 


[1] Antienne d’ouverture, Prions en Église, Janvier 2018, p. 44