21. déc., 2017

Notre coeur, un berceau

Voici un texte, légèrement retouché, que j’avais écrit l’année passée et que je tiens à partager encore avec vous.

À quelques jours de Noël, c’est fou comme on peut se dépenser et dépenser pour la réussite de cette fête en famille et entre amis. D’autres personnes essaient plutôt de se trouver un endroit où aller pour ne pas être seules et celles qui n’y parviennent pas se résignent à affronter la veillée et la journée en solitaires.

Célébrer la naissance de l’Enfant-Jésus est un événement tellement grandiose, rempli d’amour et de joie que nous avons un besoin intrinsèque de le partager. Quel est donc le secret de ceux et celles qui sont heureux à Noël même s’ils sont seuls?

Je pense qu’ils ont découvert le plus important, accueillir dans leur cœur ce Nouveau-né. J’ai lu, à quelques reprises et de sources différentes, que notre cœur est un berceau.

Notre cœur est le berceau où l’Enfant-Jésus, nouvellement né, désire y être accueilli.

Comme Jésus est né dans la pauvreté, l’humilité et la simplicité, offrons-lui, bien humblement, notre cœur avec toutes ses pauvretés. À son grand bonheur, Il saura en remplir l’espace en nous comblant de son amour, de sa douceur, de sa paix et de sa joie.

Et si nous éprouvons, malgré tout, de la difficulté à préparer notre berceau, demandons à Maman Marie de nous y aider. Dès l’Annonciation, et pendant neuf mois, elle a porté cet enfant, le Messie, le Sauveur qu’elle attendait avec tout son peuple. Pendant cette gestation, et bien au-delà, elle s’est laissée façonner par l’Esprit Saint. Soyons assurés que nous recevrons, nous aussi, les grâces et les bénédictions nécessaires.

Je nous souhaite d’ouvrir toutes grandes les portes de notre cœur et de tendre nos bras pour accueillir ce Nouveau-né et le flot d’Amour qui l’accompagne!

Maranatha, viens Seigneur Jésus!