11. déc., 2017

Marie, discrète présence

Vous ne devinerez jamais où j’ai écrit le manuscrit du texte précédent sur l’Immaculée Conception… La plupart du temps, j’écris chez moi, le matin, en me levant, et à jeun. Certains textes, par contre, m’ont demandé d’étaler mon travail par petits bouts, sur plusieurs jours. Bref, vendredi dernier, j’étais au salon de coiffure. Eh oui, deux fois par année, je vais au salon de coiffure…

J’avais apporté un cahier pour écrire. Eh bien, j’ai trouvé, dans ce cahier, une note écrite le 16 août 2016 dont j’avais oublié l’existence. Je pense que Marie a de la suite dans les idées, c’est-à-dire, qu’elle nous suit de près, plus que nous-mêmes, et qu’elle nous guide plus que nous ne pensons.

Je trouvais cette note appropriée pour le temps de l’Avent. Je l’ai même placée ailleurs sur ce site dans la section « Mes toiles ». La voici :

C'est hier, le 15 août 2016, en la Fête de l'Assomption de la Vierge Marie, que j'ai compris pourquoi j'ai peint « Vers la Jérusalem Céleste » sous la forme d'une matrice, d'un utérus. C’est parce qu’il nous faut renaître pour atteindre la Jérusalem Céleste; et c'est surtout parce que c’est grâce à Marie, qui a porté le Christ en son sein, que la Jérusalem Céleste nous est accessible. 

Nous irons donc « Vers la Jérusalem Céleste, en passant par Marie ».

Quand je vous dis que Marie a de la suite dans les idées : ma prise de conscience s’était produite en la Fête de l'Assomption et j’en retrouve l’écrit en la Fête de l’Immaculée Conception…

Et ce n’est pas tout, car le matin du 16 août 2016, je me suis réveillée avec des bribes du texte de l’Apocalypse de saint Jean : « Une femme vêtue de soleil, la lune sous les pieds, une couronne de douze étoiles, elle est enceinte, les douleurs de l’enfantement, le Dragon devant elle, le Règne du Christ…»

Un jour, je peindrai cette image…

***

Et vous, comment Marie est-elle présente dans votre vie?