26. mars, 2018

« Nettoyage de printemps » ou la joie du pardon

Nous procédons bien à un grand nettoyage de printemps de notre maison, de notre appartement, quand arrivent les beaux jours, pourquoi ne pas procéder à un nettoyage intérieur?

Le Carême se termine sous peu et je vous invite à vivre ce nettoyage par le sacrement de la réconciliation d’ici Pâques. Pourquoi? Parce que ce sacrement permet de rencontrer le Christ en la personne du prêtre et d’être libéré de tout ce qui nous pèse sur le cœur, tout ce qui nous empêche d’aimer librement. C’est avant tout une rencontre, un dialogue.

La semaine passée, j’ai eu le bonheur d’expérimenter le sacrement du pardon et j’aimerais que vous puissiez goûter, vous aussi, à ce grand bienfait.

Dans Luc 4, 18, Jésus nous dit : « L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés. »

Nos pauvretés, nos cœurs brisés, nos captivités, nos aveuglements et nos oppressions ont besoin du sacrement du pardon pour être guéris, purifiés. Nous sommes des êtres fragiles, blessés, en devenir. Le pardon est un don de Dieu pour recouvrer notre santé spirituelle et humaine; un plus pour continuer notre marche, en étant allégés de nos fardeaux.

Le pardon reçu est source de joie et de guérison intérieure. Lorsque Jésus guérissait quelqu’un, avant tout chose, Il lui pardonnait ses péchés; l’un ne va pas sans l’autre : pardon et guérison.

Qu’est-ce qu’un péché? C’est un manquement que nous avons expérimenté envers nous-mêmes, envers Dieu et envers les autres qui vient barrer la voie à l’amour. C’est un mauvais choix que nous avons fait, un choix qui ne servait pas le meilleur bien, qui ne servait pas la Vie. D’une façon ou d’une autre, c’est une offense à Dieu parce que comme Dieu est uniquement amour, c’est l’Amour que nous avons blessé.

En nous repentant et en demandant pardon, nous nous réconcilions avec Lui, l’Amour, mais aussi avec nous-mêmes, les autres et la création. Les répercussions en sont infinies. Nous recevons l’absolution de Dieu directement par le prêtre.

Récemment, j’ai lu un texte qui pourrait vous guider pour vivre ce sacrement, cette rencontre. Dans ce texte, paru sur le site croire.la-croix.com, le Cardinal Carlo Maria Martini nous explique comment vivre le sacrement de la réconciliation.

Ce dernier suggère trois étapes pour un dialogue confessionnel des plus libérateurs. Dans un premier temps, rendre grâce à Dieu, « le remercier pour tout ce qu’il y a de bon dans ma vie. » Dans un 2e temps, « lui confier ce qui me met mal à l’aise », ce qui me pèse sur le cœur. Dans un 3e temps, « lui adresser une prière ». Vous pouvez lire ce texte en écrivant dans votre navigateur de recherche : Cardinal Carlo Maria Martini la réconciliation.

Je vous souhaite un bon « nettoyage de printemps »!