13. nov., 2016

La Sainte Trinité

Vous connaissez le nombre 13? Les superstitions et les peurs qui y sont reliées?

Je me souviens que, lorsque j’étais adolescente, ma mère m’a appris à aimer ce nombre, c’est-à-dire, cette date qui revient chaque mois. Elle me disait que c’était une journée de transformation qui nous était offerte. Je n’ai donc jamais eu peur de ce nombre et le 13 de chaque mois était pour moi une journée bénéfique, un jour important, un jour de belles réalisations. Et c’est resté comme ça pendant plusieurs années. Pas facile à partager dans un monde où il a été inculqué comme étant un nombre malchanceux…

Plus récemment, j’ai décidé que le 13 de chaque mois, ce serait, pour moi, la fête de la Sainte Trinité. Une journée consacrée à la Sainte Trinité, même si je prie tous les matins pour que ma journée se passe au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

C’est grâce à Sœur Lucie de Fatima.[1] Sœur Lucie raconte dans le livre Comment je vois le message à travers le temps et les évènements[2] qu’elle était très intriguée à savoir pourquoi les apparitions de la Vierge Marie avaient toujours lieu le 13 du mois, sauf une fois. Elle en est venue à se demander le pourquoi de cette date. Sa réflexion l’a amenée à la conclusion que le nombre 13 est le nombre de la Trinité. « Un seul Dieu, trois Personnes distinctes, Père, Fils et Esprit Saint. »[3]

Lors de la 3e apparition de l’Ange, ce dernier incite les enfants à « adorer Dieu dans le mystère de la Très Sainte Trinité. » Voici la prière qu’il a transmise :

« Très Sainte Trinité, Père, Fils et Esprit Saint, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus Christ, présents dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé. Et par les mérites infinis de son Très Saint Cœur et ceux du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pêcheurs. »  Sœur Lucie raconte que cette prière fut pour elle d’un grand secours dans son union à Dieu.[4]

Je trouve des similitudes entre cette prière à la Sainte Trinité et celle du chapelet de la Miséricorde Divine enseignée par Jésus à Sœur Faustine dans les années ’30 :

« Père Éternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Âme et la Divinité de ton Fils bien-aimé Notre Seigneur Jésus-Christ en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier. »

Sœur Lucie déclare que le mystère de la Très Sainte Trinité est ce qu’il y a de plus beau.[5] Elle écrit : « Notre-Dame est devenue le temple vivant de la Très Sainte Trinité : l’Esprit Saint qui est descendu sur elle, le Père qui l’a associée à son œuvre, et le Fils que le Très-Haut a engendré dans son sein virginal. Ce mystère de la Très Sainte Trinité est le fondement, le principe et la fin de toute notre prière, de tout notre être et de toute notre vie. De Dieu nous venons, à Dieu nous allons et en Dieu nous demeurons. »[6]

Je vous souhaite un très beau 13 novembre en communion d’amour avec la Sainte Trinité et le Cœur Immaculé de Marie!



[1] Voir mon texte Jésus t’attends à Fatima sur ce site à http://www.carnetspirituel.com/417134632 

[2] Sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, Comment je vois le message à travers le temps et les évènements, Éditions Carmel de Coimbra, Fatima, 2006.

[3] Idem, page 29.

[4] Idem, page 23.

[5] Idem, page 57.

[6] Idem, pages 39-40.