31. juil., 2018

On dit qu’on ne peut changer le passé. Ce qui est passé est passé. Par contre, je pense que le présent vient changer le passé. Le présent, ce que nous sommes devenus dans ce présent, dans cet ici et maintenant, vient guérir et pacifier le passé en lui enlevant toute valeur négative.

Récemment, j’ai fait un séjour au chalet de mon enfance et adolescence, où j’ai passé tous mes étés, vacances, week-ends, etc.

Que de souvenirs! Pourtant rien de négatif ne remontait à ma mémoire parce que l’être que je suis devenu dans le présent est en paix. J’étais même reconnaissante, en action de grâce pour tout ce que j’y ai vécu.

Il y a toutes sortes de méthodes, de grilles d’analyse, de thérapies, pour guérir de son passé, de ses souvenirs[1], mais ce qui est le plus efficace est l’action bienfaitrice de Dieu dans notre vie.

L’Esprit Saint travaille au plus profond de nous-mêmes, à condition de le laisser faire et de le laisser nous guider, d’être patient envers soi-même et en s’aimant juste assez pour laisser l’Amour faire son œuvre de Vie en nous.

 


[1] Les frères Linn, Dennis et Matthew, ont écrit justement un livre à ce sujet, La guérison des souvenirs, aux Éditions Desclée de Brouwer, paru en 1987.

 

9. juil., 2018

Nous lisons dans le livre de la Genèse que Dieu se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. (Genèse 2, 2) Quand on lit reposer, il me semble qu’il faudrait peut-être lire aussi contempler

Dieu nous invite donc, pendant nos vacances d’été, à être aussi, pas seulement à faire. À goûter comme la vie est bonne! Oui, il est important de faire des bilans, de prendre du recul, de faire des voyages, de rencontrer des gens, de visiter de nouveaux endroits, de faire le plein d’énergie, le plein de vitamines, pour nous aider à passer l’hiver (au Québec, du moins…). Quand est-il de vraiment se reposer? De rentrer en soi, en Dieu? De prendre le temps d’être? D’expérimenter le farniente? (Je me souviens que le moine Anselm Grün en parle dans un de ses livres.)

Il s’avère donc tout aussi important de ne rien faire que de s’occuper, que d’avoir des activités et des loisirs. Je pense que l’art de vivre réside dans un sain équilibre en être et faire. Et il est grandement possible d’être tout en faisant !

Au fond, je pense que Dieu, le 7e jour, n’a pas pris de vacances, et qu’Il ne prend pas de vacances du tout! Il est toujours en mode Amour. Il est toujours en quête de personnes à aimer, à chérir, à pardonner, à combler de grâces.

Sur notre route des vacances, peu importe ce que nous ferons et où nous irons, prenons le temps d’être, de contempler, de rendre grâce. Ouvrons l’œil aussi, le bon, car il n’y a pas que des beaux paysages, des mets succulents, des sites merveilleux, il y a aussi des personnes qui ont besoin, par l’entremise d’une écoute, d’un regard, d’un sourire, d’entendre tu as du prix, je t’aime

Bonnes vacances!

 

 

2. juil., 2018

La nature est, pour moi, un doux signe de la présence de Dieu, de son amour.

J'aime contempler la nature et par mes photos, je vous offre les objets de ma contemplation.

À ce nouvel onglet, vous trouverez différents albums créés au gré de mes promenades.

 

Nature contemplative

 

 

27. juin, 2018

Aujourd’hui, a lieu une très belle fête au calendrier liturgique, fête qui semble passer inaperçue, celle de Notre-Dame du Perpétuel Secours.

Depuis quelques années, il m’arrive de prier, à l’occasion, la Neuvaine à Notre-Dame du Perpétuel Secours. Marie qui est déjà un soutien très efficace pour nous, l’est d’autant plus sous ce vocable.

Pourquoi? Parce qu’elle nous aime d’un amour maternel incommensurable, toujours prête à nous secourir. Parce qu’elle est pleine de grâces, oui, mais aussi pleine de tendresse et de sollicitude, parce qu’elle est dans la plénitude de Dieu.

J’aime bien prier son icône aussi. Comme toute icône que nous contemplons et prions, celle de Notre-Dame du Perpétuel Secours est une icône qu'il fait bon prier. On y retrouve tellement de douceur et de paix. On attribue plusieurs miracles à cette image de Marie qui est la plus répandue dans le monde entier.

***

N’hésitez pas à la prier. Voici le texte du premier jour de la Neuvaine :

« O Mère du Perpétuel Secours, comme j'aime te prier devant cette image miraculeuse. Toujours elle éveille en mon âme les sentiments de la confiance la plus vive et la plus filiale. Entre tes bras, je vois Jésus mon Sauveur et mon Dieu. Il est le Tout-Puissant, le Maître absolu de la vie et de la mort, le Dispensateur souverain de tout bien et de toute grâce. Et tu es sa Mère! Tu as donc tout pouvoir pour lui demander, et tout droit pour en être exaucée. Il a prouvé d'ailleurs, qu'il ne sait, ni ne veut rien te refuser.

Je m'adresse donc à ta toute-puissante intercession, ô Mère de Jésus, et te supplie de m'accorder, aujourd’hui, la grâce… (Désignez ici l'intention de la neuvaine et la grâce spéciale du jour). Je te prie avec confiance, Vierge Marie, sûr de ton perpétuel secours. Amen. »        (Dire un Notre Père, trois Je te salue Marie, un Gloire soit au Père

J’utilise la Neuvaine des Éditions du Priant, mais il existe d’autres versions sur Internet, comme : http://notredamedesneiges.over-blog.com/article-10989708.html.

***

N’oubliez pas de remercier Marie en lui disant, par exemple : Merci, Maman Marie, Mère du Perpétuel Secours, pour toutes les grâces que nous avons reçues du Christ par ton intercession!

***

Saviez-vous que, sous ce vocable, Marie est la patronne d’Haïti depuis 75 ans? Unissons-nous donc au peuple haïtien qui célèbre grandement, aujourd’hui, leur sainte patronne!

 

 

24. juin, 2018

Aujourd’hui, au Québec, c’est la Fête nationale, la Saint-Jean-Baptiste. Tout de suite, en pensant à saint Jean le Baptiste, monte en moi : Une voix crie dans le désert. (Isaïe cité dans Luc 3, 4)

Oui, une voix crie dans le désert, mais pas n’importe quelle voix, celle de l’Amour.

Saint Jean-Baptiste a été l’un des derniers prophètes à préparer la venue du Christ avec Anne et Siméon.

Le Pape François, qui est tout un prophète, semble être LE prophète de l’heure pour nous préparer au retour du Christ.

Qu’est-ce qu’un prophète? C’est quelqu’un qui, par ses agissements et ses paroles, nous aide à devenir meilleurs en nous guidant sur le chemin de la foi, de la vie. Il nous invite à la conversion, dans une certaine urgence, avec insistance, force et amour.

Convertissez-vous, les temps sont tout proches. (Matthieu 3, 2) Pas nécessairement proches pour demain, mais tout proches de nous. C’est le moment où jamais, car c’est maintenant le temps où Dieu fait descendre sa grâce sur nous; plus tard, il y aura des pleurs et des grincements de dents. (Luc 13, 28)

Se convertir : retrouvez notre vraie identité, celle d’être un enfant bien-aimé du Père; se laisser aimer, laisser la volonté de Dieu, qui est Amour, Paix, Joie et miséricorde, régner dans notre vie.

Réconciliez-vous avec vous-mêmes, avec les autres, avec la création et avec Dieu.

Notre société sécularisée, je dirais même athée, s’avère être le désert moderne par excellence. Pourtant, j’y entends la voix de saint Jean-Baptiste qui résonne : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. (Isaïe cité dans Luc 3, 4)

Le Christ, quand reviendra-t-il sur la terre? Par le Nouveau Testament, nous savons qu’après l’Ascension, quand les apôtres évangélisaient les peuples, on parlait déjà du retour du Christ. Alors, peu importe la date, car c’est maintenant le temps béni pour que son Règne s’instaure en nous.  

Je vous invite à laisser libre, en vous, juste assez d’espace pour accueillir le Christ qui viendra, dans sa grande miséricorde, par son Esprit Saint. Lui seul saura vous guider, vous fortifier, vous consoler, vous consolider.

Je pense que nous pouvons faire confiance en Celui qui a dit : Je suis venu annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés. (Isaïe cité dans Luc 4,18)

Le retour du Christ, pour vous, c’est peut-être maintenant?

Une voix crie dans le désert, l'entendez-vous?