18. juin, 2018

Depuis quelques années, la route que j’emprunte pour aller à mon travail passe devant un centre de détention.

C’est ainsi que, grâce à ce parcours, je me suis mise à prier pour les prisonniers de cette prison. J’ai vite étendu ma prière à tous les prisonniers et prisonnières du monde entier, peu importe l’objet de leur incarcération.

La prière qui était montée dans mon cœur et qui est restée depuis est : « Que tous les prisonniers et prisonnières du monde entier reçoivent la grâce de vivre dans la liberté intérieure des enfants bien-aimés de Dieu. »

Puis une 2e prière s’est ajoutée : « Marie, Mère de Miséricorde Divine, et Jésus, Miséricorde Divine, faites pleuvoir vos grâces et bénédictions dans l’âme, le cœur, le corps et l’esprit de tous les prisonniers et prisonnières du monde entier, pour la gloire de Dieu et le salut des êtres humains. »

En disant cette prière, je visualise Marie, comme elle est représentée par l’image de l’Immaculée Conception, très grande, au-dessus de la prison, puis Jésus dans son image de la Divine Miséricorde, tous deux avec les rayons de leurs grâces qui descendent dans un flot d’amour.

Quelqu’un m’a dit, un jour : « Ça ne donne rien de prier pour eux, ils ne changeront pas! »

Cela m’a blessée, pour eux et pour Dieu, car avec Lui tout est possible et malgré les apparences extérieures, on ne sait pas ce qu’une personne vit à l’intérieure d’elle-même, c’est ça la liberté intérieure aussi.

La liberté intérieure n’est pas seulement nécessaire pour ceux et celles qui sont incarcérés, mais pour tout être humain.

Cette liberté fait que malgré tout ce qui se passe autour de nous, les personnes que nous côtoyons, les événements que nous vivons, nous sommes libres intérieurement de vivre dans la dignité de l’amour inconditionnel que Dieu a à notre égard. Quand Dieu nous regarde, Il est émerveillé! C’est son amour sans limites et sans jugement que nous sommes invités à goûter, dans un monde sans barreaux, sans murs, ouvert sur l’infini, en communion avec tous nos frères et sœurs en Jésus.

Cette liberté intérieure nous protège, nous nourrit; elle nous permet de cheminer spirituellement et humainement, de guérir; elle nous transforme positivement. Elle nous donne force et courage, ténacité et espérance. C’est le lieu de la rencontre avec Dieu, un lieu de paix, d’amour et de joie, auquel nous pouvons accéder, où aucune personne de l’extérieur ne peut avoir d’emprise.

Peu de gens goûtent à cette liberté, car ils sont déconnectés de leur vie intérieure, ils sont prisonniers d’une vie extérieure, faite d’apparences, d’écrans, de bruits, de superficialités, de consommation jusqu’à la destruction de la planète.

Retrouver sa liberté intérieure, c’est retrouver sa vraie nature, divine, avec les responsabilités qui s’ensuivent. Œuvrer, par notre vie simple et quotidienne, à la croissance du Royaume d’Amour de Dieu en nous.

 

 

9. juin, 2018

Chez les Adoratrices et Adorateurs Missionnaires de la Famille reclusienne, nous avons un chapitre de notre Règle de vie qui s’intitule « Veiller sur son cœur ».

Veiller sur son cœur nous engage à une certaine vigilance, à choisir et à maitriser nos pensées et nos paroles, à laisser notre cœur sous la gouverne de l’Esprit, à y laisser régner l’humilité et l’amour, mais aussi à choisir nos occupations, nos loisirs, nos habitudes et, je dirais même, nos relations afin que tous ces choix soient des choix qui génèrent la vie.

C’est un travail quotidien et de longue haleine...

Crée en moi un cœur pur (Ps 50,12) et Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu (Mt 5,8) sont les paroles qui nous soutiennent.

De plus, j’aime bien m’inspirer de la Vierge Marie, la Toute-Pure et la Comblée de Grâce, elle qui a su vraiment vivre en Dieu.

Aujourd’hui, la liturgie célèbre le Cœur Immaculé de Marie.

Demandons à Marie, notre Mère, de nous aider à ouvrir notre cœur pour que l’Amour puisse y circuler librement afin que Dieu y établisse son Règne d’Amour, de Paix et de Joie.

Demandons aussi à Marie de nous aider à conserver notre cœur et notre vie dans la Communion d’Amour Trinitaire.

 

8. juin, 2018

En cette fête du Sacré-Cœur de Jésus, je ne peux que Lui rendre grâce, Lui dire merci pour le don qu’Il nous a fait en s’offrant pour nous sauver. (C’est ce que je Lui dis, d’ailleurs, à la messe, lors de la Prière eucharistique.)

Il n’y a pas de plus grand amour, c’est l'Amour à l’état pur. J’aurais beau chercher et chercher, je ne trouverai pas pareil Amour sur toute la terre.

Cet Amour nous est donné gratuitement. Il suffit de Lui ouvrir la porte de notre cœur pour qu’Il entre à profusion et s’y diffuse. Pour qu’Il apaise, guérisse, nourrisse et renouvelle tout notre être; pour qu’Il nous mette en marche vers nos frères et sœurs en humanité.

Oui, nous sommes ses fils et ses filles bien-aimé-e-s et ce, peu importe qui nous sommes, ce que nous faisons de notre vie, car son Amour est plus fort que tout!

Nous en sommes tous et toutes dignes.

Rien ne nous séparera de son Amour.

Je ne peux que Lui dire :

« Ô Cœur Sacré de Jésus, j’ai confiance en Vous. » (3x)

« Ô Sang et Eau qui avez jailli du Cœur de Jésus, comme source de Miséricorde pour nous, j’ai confiance en Vous. » (3x) (De la Prière d’ouverture, Chapelet de la Divine Miséricorde, Œuvre de Jésus Miséricordieux de Montréal)

« Ö viens, Esprit de Miséricorde, Père des pauvres, fleuve d’eaux vives jaillies du Cœur ouvert de Jésus, viens je t’en prie, ne tarde plus. » (3x) (Chant de la Famille Myriam Beth’léem)

 

Que l’Amour du Christ Jésus vous enveloppe et fasse en vous sa demeure!

 

27. mai, 2018

Aujourd'hui, la liturgie célèbre la Très Sainte Trinité.

N’est-ce pas un des plus beaux mystères de notre foi chrétienne? Un Dieu Trine et Un? Un Dieu Père qui s’est incarné, pour nous, en un Fils par l’Esprit Saint, le Souffle d’Amour, d’où provient toute vie?

Profitons de cette fête pour renouveler notre baptême, en faisant tout simplement notre signe de croix (avec de l’eau bénite, si c’est possible), car nous avons bel et bien été baptisés « Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. » Notre vie toute entière est consacrée à la Sainte Trinité. Chaque fois que nous faisons notre signe de croix, nous actualisons notre baptême et nous consentons à la présence et à l’action bienfaitrice de la Sainte Trinité en nous et dans notre vie.

 

 

Sainte Elizabeth de la Trinité l’avait bien saisi. Voici le début de sa prière à la Sainte Trinité :

« Ô mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité! Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.

Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée à votre Action créatrice. »

 

Je souhaite que l’action créatrice de la Très Sainte Trinité vous comble de ses grâces et de ses bénédictions! Que la Vie abonde dans tout votre être et votre vie!

 

17. mai, 2018

Par ce printemps magnifique qui m’émerveille chaque jour depuis deux semaines, par ce mois de mai que je vis sous l’inspiration de Marie et par la Pentecôte qui approche, je ne peux m’empêcher de constater que Dieu est un Père aimant et généreux. Il nous comble de son amour et de cadeaux depuis toujours.

En plus de nous avoir légué la magnifique planète où nous vivons, son plus grand, son plus beau et son plus inimaginable cadeau est de nous avoir offert son Fils Unique. Et parce que Jésus est comme son Père, tel Père, tel Fils, Il est, Lui aussi, aimant et généreux, généreux de son amour, de ses enseignements, de sa personne, de sa vie! Et comme si ce n’était pas assez, juste avant de mourir, il nous donne sa Mère et, comme si ce n’était pas assez, après son départ à l’Ascension, Il nous envoie l’Esprit Saint!

Et comme si la Pentecôte ne suffisait pas, et parce que Dieu sait que l’Esprit est subtile et que les humains ont besoin de signes tangibles, Dieu, dans son grand amour, permet, depuis des siècles, à la Vierge Marie de visiter, d’encourager et de guider ses enfants.

Que demander de plus?

Dans sa grande miséricorde, Dieu ne nous a jamais abandonnés, laissés seuls à nous-mêmes, Il est là et Il veille au grain.

Si vous avez l’impression que vous êtes seul au monde, rassurez-vous, Il est là, tout près de vous, plus près que vous ne pensez, à la porte de votre cœur.

Il est là, dans le Souffle de vie qui traverse votre corps, votre cœur et vos pensées, Il est là, dans la douce présence de maman Marie, Il est là, dans la Parole, dans les sacrements (encore des cadeaux!), Il est là, dans la personne que vous croisez sur la rue, Il est là dans l’arbre qui reverdit. Il est partout!

Comme Marie à la Visitation, je ne peux m’empêcher de chanter magnificat pour mon Dieu Père bienveillant, pour tout ce qu’Il fait dans ma vie et dans celles de mes frères et sœurs en humanité!