Prémices

Je vous propose quatre textes écrits au tout début de mon projet d’écriture, « Carnet spirituel pour le troisième millénaire », débuté en mai 2000. Ils me permettent de vous présenter Celui en qui je crois et ce en quoi je crois.

 

Célébrer la Vie! « Moi, je suis venu pour qu’on ait la vie et qu’on l’ait surabondante. » (Jean, 10 : 10)

Le plus grand mystère de la vie, n’est-il pas la vie elle-même? Conception, naissance, croissance, vieillissement et mort. Qu’en est-il de l’avant et de l’après? D’où venons-nous et où allons-nous?

De tout temps, l’Être humain s’est interrogé sur ses origines et sur sa destinée. Plusieurs hypothèses sont venues hanter son esprit. La vérité lui semble un mystère, mais qui dit mystère, dit foi. Et qui dit foi, dit Dieu.

Dieu nous parle. Il nous a toujours parlé et ce, depuis des millénaires. Après s’être adressé aux peuples par les prophètes, Il nous a envoyé son fils unique pour nous livrer son message et pour nous aider à le comprendre. Ceux qui ont suivi le Christ, les premiers acteurs de l’Église du Christ, nous ont laissé des écrits précieux pour nous guider.

D’où venons-nous? Où allons-nous? « …il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et vers qui nous allons, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui viennent toutes choses et par qui nous allons. »[1] Dieu qui détient la vérité, nous met sur une piste qui nous éclaire et nous fait dire : « Je viens de Dieu et je vais vers Dieu. »  Nous sommes les corps de Dieu dans le monde, le prolongement de l’Incarnation du Christ. Nous poursuivons l’œuvre d’amour et de création de Dieu.

De fait, la vie, toute vie, est sacrée et mérite accueil et respect. Chaque personne que nous rencontrons est porteuse, au même titre que nous, de Dieu. De même que toute créature animale ou végétale ou tout élément de vie, si infime soit-il, l’est aussi. Nous faisons partie de la Création de Dieu, une création très complexe qui dépasse notre entendement et notre perception matérielle des choses.

L’être humain que nous sommes doit accepter de ne pas tout connaître, tout comprendre et surtout, de tout contrôler. Le mystère occupe une place importante dans notre vie et c’est tant mieux, car cette part de mystère c’est la part active de Dieu.

Le mystère c’est cette impression qui fait que nous savons qu’il y a quelque chose de plus grand que nous. (L’être humain n’aime pas se sentir petit, c’est pourquoi il s’éloigne de Dieu par tout ce qui vient flatter son ego.) Nous sommes appelés à plus, à une vie plus profonde et plus satisfaisante que la vie matérielle qui s’offre à nous avec tant de tapage et d’efforts commerciaux.

 

Prière

Seigneur, apprends-moi à devenir un temple digne de Ta Sainte Présence, digne de ton amour.  Apprends-moi à me respecter et à respecter chaque être vivant, chaque parcelle de vie, car toute Ta Création est sacrée.



[1] 1 Corinthiens, 8 : 6.

 

 ***

L'instant présent « Arrêtez, connaissez que moi je suis Dieu… » (Psaumes, 46 : 11)

Je comprends que l’être qui aspire à Dieu, veuille dépasser le simple boulot-dodo routinier, mais c’est dans la vie quotidienne, dans la simplicité de chaque jour qui s’offre à nous, que nous rencontrons Dieu. Dans l’instant présent.

Par son besoin de vouloir tout contrôler, tout comprendre, l’être humain a instauré le temps, la mesure du temps. Ce temps si précieux, si précis. Pourtant le temps semble lui échapper, lui manquer et chose paradoxale, le temps finit toujours par le rattraper par la mort.

Certaines personnes restent accrochées à ce qu’elles appellent le passé tandis que d’autres se perdent dans un futur incertain, dans le rêve. Ne vous perdez pas sur la ligne du temps. Soyez présents à votre vie, à vous-mêmes, aux autres et à Dieu. Dieu est toujours là en communion avec vous, à ce moment précis, dans cet éternel présent. Il n’y a ni passé, ni futur pour Dieu, il n’y a qu’un présent éternel. C’est pour cela qu’Il est si patient avec nous.

Dieu est toujours là, présent à nous-mêmes comme une offrande d’amour, prompt à la miséricorde, nous prenant tels que nous sommes. Le présent nous permet de vivre de Sa présence, d’être à Son écoute, de se laisser guider par Lui, d’être dans un état de communion qui nous amène à vivre selon Sa volonté. C’est une plénitude, un état de grâce qu’on entretient par le désir de s’unir à Lui, de vouloir en aucune façon être séparé de Lui pendant fut-il un court instant. De tellement aimer Dieu, que tout ce qu’on fait part de Lui et parle de Lui. Tout est Amour.

Le temps ne passe pas, nous passons dans le temps. Nous sommes des voyageurs intemporels dans une matérialité qui se veut temporelle.

En vivant branchés à Dieu dans le moment présent, nous sommes branchés à une source d’amour pur, une source intarissable qui nous permet de tout penser, faire et agir avec amour, douceur, dans un simple don de soi en étant l’instrument de Dieu. Nous entrons, alors, dans la vie éternelle.

Pourvu que tu sois là, dans le moment présent, ô Jésus, tout le reste n’est rien du tout. Pourvu que ton Amour, en moi, trouve un abri, c’est ma joie et elle est complète.[1]

 

Prière

Seigneur, apprends-moi à vivre dans Ta Présence à chaque instant de ma vie.

Libère-moi de mon passé et prend en charge mon futur afin que nul obstacle ne vienne me priver dès maintenant du présent éternel auprès de Toi.

 


[1] Extrait de la chanson Pourvu que tu sois là, album Sois loué, Chants de la Famille Myriam Beth’léem, Baie Comeau, ISMB-4-038.

 

 ***

Enfants de Dieu « Notre Père qui es dans les cieux… » (Mathieu, 6 : 9)

Un amour fraternel, universel est accessible à tous, sans exception, car nous sommes tous les enfants de Dieu. Nous sommes tous frères et sœurs en Jésus Christ qui nous a donné un Père.

Un père si parfait et des enfants si versatiles…

Dieu nous aime tels que nous sommes, imparfaits, en devenir et ayant terriblement besoin de Lui. Ayons confiance en notre Père, mais aussi en nous-mêmes, car Dieu nous veut forts, « ...ce n’est pas un esprit de crainte que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de maîtrise de soi. »[1]

Fils et filles de Dieu, nous sommes ses héritiers par le Christ. «...quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sujet de la Loi, afin de racheter les sujets de la Loi, afin de nous conférer l’adoption filiale. Et la preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l'Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père! Aussi, n'es-tu plus esclave, mais fils; fils, et donc héritier de par Dieu. »[2]

Que faut-il faire pour être enfants de Dieu, frères et sœurs de Jésus?

Se faire petits, pauvres, vivre en communion avec Dieu, vivre selon les enseignements de Jésus. Laisser toute la place dans notre cœur pour Dieu, pour son Amour. Choisir d’être l’instrument d’Amour de Dieu.

Pour certains cela ne veut rien dire, mais pour moi c’est là qu’est la vraie Vie! Il n’y a pas de vie en dehors de Dieu, car Dieu est la Vie!

Jésus est notre guide, il est venu nous montrer le chemin à suivre pour aller vers le Père Éternel. Jésus s’est fait homme, notre frère, pour nous dévoiler notre vraie nature et comment la recouvrer.

Notre Transfiguration commence dès notre baptême, nous renonçons au mal, nous recevons l’Esprit de Dieu, l’Esprit Saint, notre faute originelle est lavée, nous sommes consacrés à Dieu. Puis, cette transfiguration s’opère tout au long de notre vie par les divers sacrements, par l’intercession des saints, par les divers événements, par toutes les personnes que nous croisons sur notre chemin, etc. et par la relation que nous entretenons avec Dieu jusqu’à la plénitude éternelle.

 

Prière

Notre Père qui es aux cieux,

Que ton nom soit sanctifié,

Que ton règne vienne,

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous soumets pas à la tentation,

Mais délivre-nous du Mal.[3]

 


[1] 2 Timothée, 1 : 7.

[2] Galates 4 : 4-7.

[3] Missel romain.

 

 ***

Marie, notre Mère, la première en chemin

De tous les saints qui intercèdent pour nous, Marie demeure celle qui est la plus proche et la plus nommée, celle dont on demande le plus l’intercession. Elle est la porte pour accéder à Jésus. On peut tout lui demander, car Jésus ne peut rien lui refuser. En retour, elle nous demande : « Faites tout ce qu'il vous dira. » (Jean 2, 5)

Marie c’est un chemin, un raccourci qui nous mène vers le Père par Jésus. Jésus est le guide et Marie le bâton du pèlerin qui nous conduisent tous deux sur le Chemin de Vie. Marie est pleine de grâce, d’amour, de douceur et de bonté : Dieu est en elle, Il en rempli tous les espaces intérieurs, car elle s’est donnée totalement à Dieu. Elle est une grande inspiratrice, elle est d’un grand secours. Sa puissance est précieuse pour tant de croyants.

Longtemps, j’ai prié Dieu et Jésus, directement. Je ne passais par aucun intermédiaire. Les saints étaient pour moi des êtres lointains, inaccessibles. Puis en 1995, une religieuse, empreinte de douceur et au regard pétillant, me parla de Marie et m’enseigna la prière du Je vous salue Marie que j’avais peu pratiquée et pratiquement oubliée.

Ce qui me fascine chez Marie c’est, entres autres, sa douceur et son oui inconditionnel, absolu ainsi que sa confiance et sa grande espérance en Dieu. Marie met un baume dans ma vie. En tant que mère, je trouve en elle inspiration et réconfort. Il est difficile de parler de Marie sans parler de la Sainte Famille.

L’icône de la Sainte Famille est très inspirante pour moi. Il s’y dégage tellement d’amour, d’unité. Saint Joseph est calme, protecteur, Marie est remplie de l’amour de Dieu et Jésus pose son regard miséricordieux sur nous. Priez devant une icône est bénéfique. J’aime aussi prier devant celle de la Vierge de la Tendresse, celle de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, celle de Sainte-Anne avec Marie dans ses bras, celle de l’Annonciation,  celle de la Trinité et toute autre que croise mon regard.  

Nous plaçons des photos de ceux que nous aimons sur nos bureaux, sur nos murs. Pourquoi ne pas installer aussi ces images de notre famille du Ciel? J’aime bien avoir des icônes un peu partout dans la maison, petites, discrètes ou très grandes. Nous avons besoin de ces « photos » pour nous rappeler à quelle famille nous appartenons, car sinon nous oublions, trop sollicités que nous sommes par tant d’images véhiculées par la société dans laquelle nous vivons.

Marie est connue sous tellement de vocables, des dizaines et des dizaines. Chaque groupe ethnique ou associatif a un vocable particulier de Marie qui leur est propre. Notre-Dame-de-Toute-Patience est le vocable que j’ai reçu lors de mon entrée dans la famille des Associés aux Recluses Missionnaires, en juin 2010. En France, plus exactement à La Séguinière, on a retrouvé une statue que Saint-Marie-Grignon-de-Montfort aurait lui-même sculptée et qui portait le nom de Notre-Dame-de-Toute-Sapience (Sagesse).

On a confié beaucoup à Marie. N’est-elle pas la mère de Dieu, de la nouvelle Alliance et de l’Église, et notre grande médiatrice auprès de Jésus?

J’aime prier le Chapelet Fiat pour confirmer toujours et toujours mon Oui au Seigneur et puiser auprès de Marie cette force qui la faisait tenir debout même au pied de la croix.

Lorsque je récite des  Je vous salue Marie lentement et avec mon cœur, c’est comme si toute la douceur de Marie montait en moi. Je suis apaisée, pacifiée.

 

Prière

Je te salue, Marie, comblée de grâce,

Le Seigneur est avec toi,

Tu es bénie entre toutes les femmes

Et Jésus, ton enfant, est béni.

Sainte Marie, mère de Dieu, prie pour nous, pauvres pécheurs,

Maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.